Ces encombrants pas si encombrants… voire même solidaires!

ET CONCRÈTEMENT

Ces encombrants pas si encombrants… voire même solidaires!

 

La thématique est bien connue de tous les bailleurs sociaux et certainement de nombre de copropriétés : ces canapés délavés et parfois sans coussin, ces étagères bancales qui trônent sur les trottoirs et gisent aux pieds de certains immeubles, tels des objets abandonnés à leur triste sort…

Et bien chez 3F, on essaie de leur redonner une seconde noblesse : au sein du groupe, plusieurs initiatives ont été mises en place.

Focus sur ces projets !

 

Immobilière Basse Seine : La petite Proxiclerie de Fécamp

Proxiclerie

Ce fut un coup de cœur du public lors des Trophées du Développement durable 2017, décerné aux  projets portés par des équipes de proximité. Sandrine Carle, responsable de l’antenne de Fécamp à Immobilière Basse Seine, raconte : « Même si les gens sont parfois bien intentionnés et déposent leurs encombrants près des containers, cela reste un problème. Du coup, je me suis posée la question du recyclage, de la récupération… » Une idée fait son chemin : celle d’ouvrir une plateforme écologique et responsable pour donner une seconde vie à toute sorte d’objets : meubles, vaisselle, électro-ménager, vêtements… Aux côtés de l’association locale des habitant·e·s, le CCAS, et 18 bénévoles, la « Petite Proxi’clerie » ouvre ses portes en novembre 2017. Trois mois après, 28 tonnes d’objets ont été collectés dont 16 réparés, recyclés… et vendu pour des sommes modiques et symboliques. Un coin « stockage », un coin « réparation-recyclage », un coin « vente » et un autre « cafétéria » : la Petite Proxi’clerie de Fécamp est devenue un lieu de convivialité incontournable au sein du quartier.

 

Immobilière 3F Grand Est : venir en aide aux plus démunis

« Le projet n’a pas encore de nom… le principal est que l’initiative soit lancée », lance Lucien Guillaume, chargé d’accompagnement social à l’agence de Nancy. Le mobilier et l’électroménager de première nécessité abandonnés par des locataires sont récupérés. Immobilière 3F Grand Est travaille main dans la main avec ECOVAL, une association locale de réinsertion sociale par l’emploi, qui se charge de nettoyer et désinfecter ces objets. Une fois remis en état, ils sont proposés, parfois même sans contrepartie financière, à des locataires ayant de faibles ressources, sortant de centres d’hébergement ou en situation de relogement en urgence. Au final pour tout le monde, c’est du gagnant-gagnant !

 

Résidence Urbaine de France : récupération à domicile 

A Meaux (77), dans le quartier de Beauval, La RUF expérimente depuis près d’un an un service auprès de ses locataires : la collecte de meubles et d’objets à domicile. Il concerne 1 050 logements de ce quartier prioritaire et implique les partenaires du territoire de la ville : la communauté d’agglomération du Pays de Meaux, l’association d’insertion sociale et professionnelle Arile-Horizon ainsi que d’autres bailleurs sociaux. Sur un simple appel téléphonique, l’association Arile-Horizon vient récupérer gratuitement au domicile des locataires vaisselle, meubles, jouets, textiles,  etc… Une fois récupérés ces derniers sont soit recyclés, soit restaurés et revendus à moindre coût dans une ressourcerie, fournissant là aussi du travail à des personnes en insertion. Eviter le gaspillage et améliorer le cadre de vie des locataires, une démarche doublement positive.

 

3F Centre Val de Loire : « Sauve un objet »

Cette fois, il s’agit d’un site web collaboratif qui permet aux habitants d’un même territoire de donner ou de vendre à petit prix (dans la limite de 30 €) des objets – meubles, matériel ménager ou électroménager, vaisselle… -dont ils n’ont plus l’usage plutôt que de les jeter en déchetterie. Une sorte de vide-greniers virtuel de voisinage. Grâce à la géolocalisation, il est possible de repérer facilement ce que l’on cherche au plus près de chez soi. Ce site a été développé par Orléans Métropole et a été relayé par 3F Centre Val de Loire sur son patrimoine. « Il est encore trop tôt pour mesurer l’impact de l’opération, mais ce service mis en place par l’agglomération représente une alternative très intéressante, qui donnera une seconde vie à des objets et évitera des encombrants ! ».

 

Le saviez-vous ?

Chaque seconde c’est l’équivalent de 113 kilos d’encombrants qui sont mis sur les trottoirs en France, soit l’équivalent de 55 kilos par Français et de 3,6 millions de tonnes de déchets encombrants à retraiter chaque année, alors que nombre d’entre eux peuvent réparés ou valorisés grâce à leurs pièces détachées.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

 

Top articles